V.D.I.C sprl
Av. Werner Marchand, 19
1450 Chastre Blanmont
BELGIQUE

Tél. : +32 (0) 10 65 15 62
Fax : +32 (0) 10 65 15 62

Qu’est-ce que le développement durable ?

19 juillet 2010

Si nous recherchons la définition sur www.wikipedia.org nous obtenons ceci :

Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception de l’intérêt public, appliquée à la croissance économique et reconsidérée à l’échelle mondiale afin de prendre en compte les aspects environnementaux généraux d’une planète globalisée.

Selon la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le Rapport Brundtland, le développement durable est :

« Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »

C’est donc la gestion rationnelle des ressources humaines, naturelles et économiques qui vise à satisfaire les besoins fondamentaux de l’humanité.

A ce moment, je crois légitime de se poser la question qui parait incontournable :

Nous serions-nous trompés ?

En effet la civilisation occidentale telle que nous la connaissons, la génération pétrole, de surplus et de gaspillage et d’obèses, ne serait-elle pas basée sur des concepts erronés ?

Serait-il possible que les ressources de la planète ne sont pas illimitées ?

Serait-il possible que le principe de croissance économique puisse atteindre une limite ?

Serait-il possible que l’exploitation de l’homme par l’homme soit également un principe obsolète ?

Si c’est le cas alors je pense que nous allons devoir réinventer le monde et faire table rase de beaucoup de concepts posés comme fondement de notre civilisation.

Cette notion de développement durable nous renvoi face à un miroir dans lequel nous pouvons maintenant constater que la civilisation occidentale est une civilisation d’enfants gâtés et égoïstes et irrespectueux.

Notre dite civilisation est en train de puiser largement dans les ressources de la planète et ce pour soutenir la croissance économique.

Comme si l’économie était la vertu suprême par excellence, comme si l’argent était la chose fondamentale et à la base de la vie, « le roi MIDAS en avait pourtant déjà fait l’amer expérience ».

Force est de constater que nous servons un mauvais maître, l’argent devrait être notre esclave asservit et soumis à nos besoins de bien être pas sacrifier notre bien être au profit de cet hologramme destructeur.

Les concepts de bases de notre civilisation, nous conduisent donc droit dans un mûr et entretien ce grave déséquilibre entre le Nord et le Sud.

La population croit sans cesse « elle soutient la croissance » mais nous ne pourrons nourrir tout le monde, nous sommes arrivé au point d’infléchissement de la courbe de croissance, bien inspiré celui qui pourra prédire de ce que sera fait demain.

Pourtant, nous sommes capables de grandes et belles choses, nous sommes des êtres doués d’intelligences et de remarquables facultés d’adaptations.

Nous allons devoir réinventer la civilisation de demain, faire table rase de nos certitudes et nous remettre en cause.

Le développement durable, selon moi, c’est çà, c’est le défis du 21ième siècle, c’est la remise en cause de chacun d’entre-nous. Notre survie passe par notre faculté à nous remettre en question et de trouver des solutions.

Le bureau ISO de GENEVE est en voie de publier une norme relative au développement durable la norme ISO 26.000.

Ce qui m’inquiète le plus dans ce nouveau concept est sa complexité, en effet, le développement durable cela doit être quelque chose de simple, d’évident, de pratique et pragmatique.

Applicable par le plus grand nombre.

Mais il me semble que le développement durable est repris et développé par des personnes qui lancent un nouveau mouvement de type écologiste qui relève plus de la réflexion intellectuelle et pas suffisamment axé sur les actions concrètes de tous les jours, ce n’est pas quelque chose qui vient en plus mais quelque chose qui devra remplacer l’existant.

Les organismes ont déjà suffisamment à faire pour survivre.

Le développement durable doit être basé sur des principes simples compréhensibles et peu sujet à interprétation.

Comme les 8 principes de la norme ISO 9001 qui sont bons simples compréhensibles et adaptables facilement par tous.

Pas de commentaire »

No comments yet.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave a comment